A la rencontre les uns des autres

EPI « dialogue interculturel » – bilan de la rencontre du jeudi 7 décembre 2017

     Nous avons assisté, en compagnie de toutes les autres classes de 3e, à une rencontre interculturelle et avons écouté les différents avis de plusieurs personnalités religieuses. Après en avoir discuté, nous avons constaté que nous avons des opinions, proches, mais que l’on n’exprime pas de la même façon.

Nous pensons que ce dialogue était plutôt une conférence, car il n’y avait pas d’interaction entre les élèves et les représentants des religions. Nous avons également observé qu’il n’y avait pas beaucoup de diversité : sur huit intervenants, un seul était une femme et un seul de couleur noire. Cependant, il y a déjà eu un effort sur la diversité car il y avait un homme noir et une femme. Certains auraient aimé casser les préjugés en ayant l’occasion de rencontrer un arabe chrétien, ce qui est plus rare.

Malgré l’effort des intervenants, la rencontre pouvait parfois nous lasser car ça manquait d’interaction.

Nous avons aussi remarqué que le temps de parole n’était pas égal pour tout le monde : le bouddhiste, l’évêque, la femme et M. Dramé n’ont pas beaucoup parlé. Ainsi, nous en avons appris, mais avons encore soif de savoirs et nous sommes restés sur notre faim.

Nous avons relevé néanmoins plusieurs points positifs : on a été ravi de voir une « blonde aux yeux bleus » musulmane sur l’estrade. De plus, les représentants de chaque religion respectaient autrui, ils ne se jugeaient pas, ils étaient assez neutres, sur le point de vue religieux. Ils comparaient plutôt leur point de vue culturel, toujours dans le respect bien sûr. On a aussi trouvé que les conférenciers répondaient bien aux questions posées par les élèves. Les remarques des conférenciers étaient pertinentes et intéressantes car ils rebondissaient sur le sujet et ils donnaient leur point de vue selon les questions et selon l’avis des autres. Cependant, les personnalités ne répondaient pas vraiment aux questions posées : elles tournaient autour mais sans répondre directement.

 

 

 

 

On a aussi pu comprendre que les représentants voulaient nous faire passer le message que la différence ne veut pas dire que l’on est inférieur ou supérieur mais plutôt que l’on n’est pas pareil, que chacun a son point de vue et qu’il faut le respecter.

 

 

 

Les élèves latinistes des classes de 3e A et 3e C.

 

Ce contenu a été publié dans Histoire-géographie-éducation civique, Le latin, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.